Hier je citais ma mère qui disait : "je préfère avoir tort de faire confiance, qu'avoir raison de me méfier".  Dans ma compréhension de ce qu'est la confiance, on ne peut même pas avoir tort, parce que je ne crois pas que "faire confiance" signifie être convaincu que l'autre fera ce qu'on attend de lui, et ne fera pas ce qu'on ne veux pas qu'il fasse. Drôle de confiance, qui en prétendant donner à l'autre son autonomie lui indique clairement que cette confiance l'engage à ne pas me décevoir. D'ailleurs, on connaît tous ce sentiment de menace voilée qui nous traverse quand notre patron nous regarde droit dans les yeux et nous dit :" je te fais confiance... hein !"  En fait, la confiance c'est le contraire. C'est indépendant que ce l'autre fera et ça n'engage que celui qui choisi de la donner parce que ça porte en soi l'acceptation préalable de la liberté de l'autre, et le refus de contrôler ses faits et gestes. C'est un pari sur le fait que si, de temps en temps, on est appelé à payer les conséquences, dans la plupart des cas c'est d'un effet tellement positif sur les relations avec les autres que ça vaut le coût. Pour moi, la meilleure définition de la confiance c'est : "lâcher sa peur et accepter le risque", et c'est une véritable libération pour tout le monde !

 
Retour à l'accueil