C'est un lieu commun universel de dire que la psychologie de la femme est fondamentalement différente de celle de l'homme. Les incompréhensions entre hommes et femmes trouvent souvent leur origine dans cette différence. Les pensées, les paroles et les actes des hommes et des femmes sont le résultat de pulsions distinctes. L'esprit des femmes est généralement marqué par l'instinct génétique de maternité, avec une forte attente de sécurité. La femme donne la vie et recherche naturellement le cadre qui convient au miracle de la maternité : grossesse, naissance et soin de son petit. La question du père n'est pas un problème fondamental pour la plupart des femmes. La nature a fait en sorte qu'elles n'aient pas vraiment de souci à se faire pour ça, les mettant généralement en situation de choisir.

L'homme, au contraire, n'a pas de raisonnement à long terme concernant sa filiation. Le rôle que la nature lui a attribué dans la prolongation de l'espèce relève plutôt du support technique. Son rôle d'accompagnement lui demande de concentrer ses efforts sur des objectifs précis, mais pas d'avoir une compréhension globale de la question de la paternité. De fait, il ne perçoit généralement que des tâches, des objectifs et des problèmes distincts. Historiquement, le mâle a besoin de s'assurer qu'il ensemence un maximum de femelles, de trouver de la nourriture, de faire face au danger et d'apporter son secours en cas de besoin. Des tâches clairement identifiées.

Ces divergences fondamentales ont des répercussions dans l'attitude de la femme et de l'homme dans une situation donnée, dans leur façon de percevoir et penser la réalité et dans celle d'utiliser le langage pour partager leur perception des choses. Par conséquent, une infinité d'incompréhensions se manifestent. Nous ne nous comprenons pas entre hommes et femmes parce que le sens même de la discussion, la motivation profonde de notre expression, sont différents pour les uns et pour les autres. Exemple typique : une femme parle à son homme d'un problème, avec les enfants, la maison ou les amis. Qu'est ce qui la pousse à en parler ? Le besoin de savoir que l'homme à ses côtés partage son anxiété et qu'ensemble ils sauront faire face aux difficultés. Point. Chaque problème lié à la famille ou au couple appartenant pour elle à une question plus globale, l'assurance d'être accompagnée et comprise, et de ne jamais être abandonnée. Le problème spécifique qu'elle évoque ne la concerne que modérément. Les problèmes sont pour les femmes d'une nature globale et physiologique. Comme une entité complexe et autonome, aux multiples manifestations. Il n'y a pas nécessairement d'objectif perçu, ni de moment crucial pour les prendre en compte. Une mère s'occupe de ses enfants jusqu'à la fin de ses jours, et c'est une longue suite de problèmes. Mais l'homme ne comprends pas ça. Sa femme lui demande de l'aide, et son programme biologique basique se met en route : le primate en lui reprend le dessus : il y a un problème, c'est la guerre ! Et donc il faut un plan de bataille :

1. S'informer sur la nature exacte de l'ennemi
2. Evaluer sa capacité de nuisance
3. Envisager une ou plusieurs stratégies de combat
4. Mesurer les risques et les chances de succès, les ressources nécessaires
5. …

A ce stade, elle craque : "J'ai besoin de ton support moral, pas d'un putain de cours sur l'art et la manière ! T'en n'a rien à foutre de mon inquiétude et en plus tu me crois incapable de régler mes problèmes sans toi !" Le conflit est ouvert, et l'incompréhension génétique réclame sa ration de sang frais.

Mais je ne vous raconte pas tout ça pour tourner autour du pot. Juste pour vous dire que vous ne pouvez pas faire l'amour correctement si vous n'avez compris qu'une femme ne fonctionne pas de la même façon qu'un homme, et réciproquement.

 
Retour à l'accueil