C'est avec cette interrogation en tête que je suis rentré d'une dizaine de jours de vacances en Slovénie. Motivé par quelques renseignements glanés sur la toile, j'étais parti avec l'espoir d'y trouver la tranquillité et le charme d'une "petite province" encore bien ancrée dans ses traditions rurales et artisanales, et fière d'entretenir une culture marquée par son appartenance passée à l'empire austro-hongrois. En ce qui concerne le niveau de vie du pays j'avais noté au hasard du web que son PIB par habitant, identique à celui de la Grèce, se situait à mi-chemin entre ceux de la France et de la Lettonie. Sachant par ailleurs que la Slovénie n'était sortie qu'au début des années 90 de 45 ans de Yougoslavie communiste, je m'attendais raisonnablement à séjourner dans un pays montrant les signes habituels de la modestie des ressources de ses habitants et de son administration. Pour ne citer que les plus évidents, la mauvaise qualité ou l'état vétuste des bâtiments et des véhicules, la relative rusticité du commerce. C'est dire ma surprise et mon incompréhension de me trouver, à Piran en bord de mer comme à Ljubljana la capitale, plongé dans un décor évoquant aisément les charmes de Collioure ou d'Annecy et témoignant d'une prospérité équivalente. Ayant pris soin d'explorer les quartiers périphériques de Ljubljana, en bus, à vélo et à pied, il fallut se rendre à l'évidence, les Slovènes n'ont rien à nous envier sur le plan du confort matériel. Un simple coup d'œil sur le trafic routier permet d'ailleurs de constater qu'ils préfèrent massivement les VW récentes aux Fiat défraîchies. Mon propos n'étant pas de faire l'article pour le tourisme en Slovénie, je me contenterai de mentionner le fait que grâce à la faible densité de population et aux efforts visibles du gouvernement en faveur de l'environnement la qualité de vie y est plutôt supérieure à la notre. J'en reviens donc à la question qui m'a titillé plusieurs fois par jour comme une démangeaison chronique ; "mais comment font-ils ?". Je me garderai bien de prétendre en avoir fait le tour et disposer de tous les éléments de réponse, mais j'aimerais attirer votre attention sur le fait que la Slovénie détient, ex-equo avec la Suède, la palme d'or des pays les moins inégalitaires de l'union européenne, alors que la Lettonie et la Grèce sont sur le podium des 3 pays les plus inégalitaires. C'est peut-être une vérité de La Palice, mais il semblerait bien que qu'une part de gâteau à peu près égale pour chaque convive apporte plus de plaisir à la tablée que l'indigestion pour quelques-uns uns et des miettes pour les autres. Et je vous invite à constater de visu sur l'album de photos Slovénie que nous avons peut-être quelques leçons de "savoir-vivre" à recevoir de cette petite et discrète nation d'Europe. Reste à vérifier que la sélection des convives n'est pas l'occasion de règlements de comptes inavouables...

Retour à l'accueil